Guy Giard
Art Contemporain

Le  Lavoir



Angélique 1734  
Qui ? Who?
Livres
2002
2004
Presse
 
Installation

The Slave Trade  
La traite des esclaves
Slavery in 2003
L'esclavage en 2003



Installation à la Maison de la Culture Marie-Uguay, Montréal
du 13 janvier au 28 février 1999


     La première fois que j'ai vu un Lavoir, c'était en France. Je me promenais dans un petit village, et puis, à un tournant, près d'un cours d'eau il y avait cette vieille bâtisse délabrée, abandonnée. Je me suis rapproché et j'ai vu à l'intérieur un bassin d'eau. Rien de remarquable là, mais les pierres étaient usées, tout était usé. On sentait que le temps avait laissé sa marque, et que dans chaque marque il y avait une histoire de cachée.

     En y regardant plus longtemps, en silence, me laissant imprégner par le lieu,  j'ai commencé à imaginer les femmes du village, des lavandières, avec leurs enfants qui courent, crient, pleurent, et les bruits de battoir sur le linge, des bruits de clapotis, d'eau. Mais surtout le bruit des voix qui se racontent toutes les histoires du village : qui est né, qui est mort, qui a fait ci, ça ? Des mûres et des pas mûres! Je sentais qu'à l'époque c'était plus qu'un lieu pour faire le lavage, c'était un lieu pour se rencontrer et échanger les histoires. Un lieu où on sentait qu'on faisait partie du village, de la communauté : de sa communauté.

     Je trouvais ça triste car ce lavoir était laissé à tomber en morceaux, oublié. D'autres moins chanceux étaient tout simplement détruits. Pourtant, il n'y a pas si longtemps, cela devait être le centre du village. De retour au Québec je me suis demandé si cette tradition de laver son linge dans un lieu commun avait existé ici ? Pas vraiment ! Alors, où sont les lieux de rencontres, d'appartenance à sa  communauté ? Je suis parti à leur recherche. Et de là est né le projet d'installation   `Le Lavoir' que vous visitez aujourd'hui.

     Résidant à St-Henri, j'ai commencé à explorer ce quartier, et puis les quatre autres environnants, regroupés sous le nom de Sud-Ouest : La Petite-Bourgogne, Pointe St-Charles, Côte St-Paul et Ville Émard. J'ai placé des boîtes dans les lavoirs et les bibliothèques pour recueillir des histoires. Par la suite j'ai fait des entrevues avec des gens de l'âge d'or qui m'ont parlé, entre autre, de trottoirs en bois et des champs de Ville Émard. J'ai été très bien accueilli chez eux, comme ça, et ils m'ont raconté leurs histoires. Vous allez en retrouver plusieurs retranscrites sur les coussins qui entourent le lavoir, derrière les draps, et aussi en entendre par les petits haut-parleurs placés le long des murs. J'ai aussi invité d'autres artistes et des élèves du Centre de Recherche et de Design en Impression Textile de Montréal, situé à St-Henri, à créer des images inspirées par le thème du Lavoir que l'on retrouve sur les coussins. Sur un mur sont projetées des diapositives des différents lavoirs qui ont participé au projet.

     Pour recréer cette atmosphère de Lavoir du village je propose cinq dimanches après-midi où vous pouvez venir raconter vos histoires d'hier et d'aujourd'hui. J'ai invité des musiciens des différents quartiers, ainsi que des membres du Collectif d'animation urbaine l'Autre Montréal pour qu'ils racontent un peu l'histoire de vos quartiers.  Je vous invite tous et toutes à venir vous délier la langue dans une atmosphère chaleureuse autour d'un bon café. Entre-temps, vous pouvez me laisser des souvenirs qui vous seraient revenus dans le cahier de commentaires, ou vos impressions sur   votre visite d'aujourd'hui au Lavoir de Marie-Uguay ! "




J'ai présenté à la Maison de la Culture Marie-Uguay du 20 janvier au 28 février 1999 un projet d'installation intitulé `Le Lavoir'. L'exposition incorpore des histoires recueillies dans les différents lavoirs et bibliothèques des cinq quartiers du secteur Sud-Ouest de Montréal : St-Henri, La Petite Bourgogne, Pointe St-Charles, Côte St-Paul et Ville Émard. Le thème est le lavoir en tant que lieu privilégié de rencontre, de potinages, d'échanges, et d'appartenance à une communauté.

 Le lavoir est un lieu privilégié et fascinant car il est le reflet d'un quartier et de sa population. Il offre un terrain connu et familier, sans hiérarchie, et ouvre une sorte de parenthèse entre le personnel et le public. Des conversations peuvent spontanément naître, et on se sent invités à joindre celles qui nous entourent. Ce sont ces échanges, ces 'histoires de lavoir' qui sont mises en valeur dans cette installation.

Physiquement l'installation est composée d'un élément central : une reconstruction fidèle d'un lavoir Français du XIXe siècle remplie d'eau. L'espace est délimité par des draps de lit suspendus couvert de motifs que le public écarte pour découvrir le lieu. Autour du bassin se retrouve une multitude de coussins (150) de format variés sur lesquels sont retranscrit les histoires. Les visiteurs peuvent ainsi s'asseoir à leur guises et les manipuler. Une bande audio alterne des bruits de lavoirs à des sons de ruissellement de rivière, créant un pont sonore entre l'époque ancienne et moderne. A l'extérieur se trouve projeté des diapositives des différents lavoirs du quartier. Sur les murs du local sont disposés de petits haut-parleurs diffusant des extraits d'entrevues faites auprès des personnes âgées du secteur relatant les lieux de rencontre et de vie communautaire d'autrefois.

Un aspect essentiel de mon travail est de créer des collaborations avec les gens du quartier. Par exemple, les coussins sont des créations fait par des élèves du Centre de recherche et de design en impression textile de Montréal (St-Henri), les entrevues ont eu lieu avec des personnes des clubs d'âge d'or environnants. Entre autre, j'ai présenté avec Bernard Vallée de l'Autre Montréal cinq après-midi / rencontres (un par quartier) avec des artistes et conteurs provenant de chaque communauté, créant un lieu chaleureux éveillant chez le public des souvenirs qu'ils ont par la suite partager.




Réalisation du projet

Le projet s'est réalisé comme prévu avec beaucoup de participation de la part de la population locale. Leur participation à eu lieu à différents niveaux

- Participation d'une trentaine d'élèves du Centre de recherche et de design en impression textile de Montréal. Avec l'aide de Pierre Patry, nous avons donné un atelier sur la création de monoprint pour la fabrication de designs spécialement conçus pour les coussins. J'y ai fait aussi une présentation de mes travaux.

- Des sept lavoirs du quartier, six ont accepté de participer au projet, et d'avoir la boite pour recueillir les commentaires dans leur établissements. Les quatre bibliothèques du secteurs ont également acceptés. Les boites ont été en place pour une période d'au moins deux mois.

- Près d'une cinquantaine d'entrevues ont été faites, individuelles et collectives, auprès des gens de l'âge d'or, ainsi qu'auprès d'intervenants communautaire. Cette partie du projet fut extrêmement riche en échange et histoire. Ce fut un vrai voyage dans le temps, et les gens m'ont accueilli avec chaleur et convivialité.

- Lors de la présentation des Après-Midi du Lavoirs, j'ai invité des musiciens des différents quartier, et les échanges qui ont suivi ont été très vivants et personnels.
Voir la description plus détaillé annexée.

- Pour ces après-midi, j'ai créé un collaboration avec Bernard Vallée du Collectif Urbaine de Montréal. Ses connaissances historiques sur l'origine et les développements des différents quartiers ont été fortement apprécié, et ont beaucoup nourri les discussions.

- Pour l'exposition, j'ai pris des diapositives des extérieurs et intérieurs de lavoirs pour une période de près d'un an, jusqu'à l'ouverture de l'exposition.

- J'ai invité deux classes d'enfants de 3ième années à venir visiter l'exposition. J'ai préparé une petite conférence avec diapositive, pour ensuite les inviter à intervenir dans l'installation. Avec des crayons feutres, ils ont dessiné et écrit directement sur les parois du bassin leurs histoires de quartier. Ce fut vraiment merveilleux.

-J'ai aussi organisé une visite pour des élèves d'un cours d'alphabétisation de la Petite-Bourgogne, et je me suis à la disposition de la bibliothécaire pour des visite improvisés qu'elle organisaiT pour le scolaire.





Programmation des Après-Midi du Lavoir

Les dimanches de janvier et février, les différentes communautés du Sud-Ouest étaient tour à tour à l'honneur aux `Après Midi du Lavoir'. Avec des musiciens et des résidants des quartiers nous évoquions ensemble des souvenirs de la vie de quartier à l'époque où la communauté faisait partie de notre quotidien. Nous entamions aussi une réflexion sur l'état actuel de cette vie communautaire. L'animation était assurée par Bernard Vallée du `Collectif d'animation urbaine l'Autre Montréal et moi-même.

Les `Après Midi du Lavoir' proposaient un moment chaleureux pour se raconter l'histoire vivante de nos quartiers et éveiller des souvenirs que l'on échangait. Des rafraîchissements étaient gracieusement offerts par le Marché IGA Claude St-Pierre.

Il n'y avait aucun frais d'admission, et chaque dimanche plus d'une cinquantaine de personne participait. Les après-midi ont été documenté sur cassette vidéo, et sont disponible pour consultation. Les participants étaient très enthousiastes des prestations musicales, et ont énormément apprécié la valorisation de leur patrimoine, de leur vie de quartier. Plusieurs déjà souhaitaient que je représente le même type d'événement dans d'autre quartier, tel la Petite-Patrie, le Plateau Mont-Royal, etc.


Les dates et les musiciens :

Dimanche 24 janvier : St-Henri
Mario Bruneau, Accordéon

Dimanche 31 janvier : La Petite-Bourgogne
Little Willie and friends, Rhythm and Blues
avec Little Willie, Don Dunbar, Ted Phillips et Jimmy Oliver

Dimanche 7 février : Pointe St-Charles
José Maria Ramirez, musique péruvienne
Ensemble Vocal Choeurisma

Dimanche 14 février : Côte St-Paul
André Frechette et André Gagnon, musique rétro

Dimanche 21 février : Ville Émard
Jean-Claude Duclos, Accordéon


Little Willie and friends, Rhythm and Blues


Diffusion et retombés du projet

Tout le projet dépendait des liens que j'allais tisser avec les membres de la communauté. Pour ce, j'ai fait énormément de travail de terrain, allant rencontrer les responsables des différents organismes communautaire du secteur, tel Club de l'âge d'or, Centre des Femmes, Centre d'Éducation Populaire, etc. Donc, un premier niveau de diffusion était assurer par les démarches pour impliquer la population locale dans le projet. C'est d'ailleurs ces mêmes gens  qui par la suite sont venus participer aux après-midi rencontre pour partager leur vécu de quartier.

Des dires des employés de la Maison de la Culture, ce fut un des plus importants vernissages en ce lieu par le nombre de visiteur, et le cahier de commentaire démontre comment le public se sentaient accueilli dans cette exposition. En effet, ils m'ont laissé plusieurs histoires, souvenir de leur quartier que la visite a évoqué chez eux. De plus, les commentaires pour les dimanches après-midi étaient positifs et nombreux.

Il y a eu plusieurs articles de presse dans les journaux de quartier, le Hour, et aussi la diffusion d'une capsule artistique sur l'exposition dans l'émission `Les Choix de Sophie', ainsi que sur TV5. Mon dossier artistique à été communiqué à un chercheur français, et mes coordonnées sont encore retransmis par un agent culturel du quartier aux différentes personnes intéressées au caractère de cette vie de quartier.

Aujourd'hui on me parle encore de mon projet interculturel `De l'autre côté d'un pont' que j'avais présenté en1993 à Montréal. De même, on me demande quand je vais poursuivre `le lavoir' dans un autre lieu. Le travail que je fais rejoins les gens dans leur milieu, et cette fois ci je les ai initier à l'art contemporain. Ce sont des liens qui perdurent comme les amitiés lors de la création de l'événement du pont il y a 6 ans.

Ce projet a permis non seulement d'initié un non-public à l'art, de faire participé des gens de toutes générations dans la création d'une œuvre, de valoriser des ressources et des énergies de quartier, elle m'a permis aussi après une période de travail à l'étranger de revenir sur la scène artistique du Québec, et ceci avec une exposition qui a largement dépassé mes attentes. En tout, cette exposition à pu rejoindre directement et indirectement des centaines de personnes, et a vu la création de nouvelles collaborations qui vont continuer de se développer dans de nouveau projet à plus grandes envergures.





"TRIUMPH over Life's Adversities
and set in motion YOUR LIFE'S PURPOSE!"

GUY GIARD, CHP, CLYL, MFA
Author, Speaker, Consultant


Soon in English, French and Spanish
Print and eBook

Sign up today for the Pre-Launch Newsletter
and be the first to receive your copy!
* indicates required


Guy Giard Keynotes and Workshops
For information
Click Here To Contact Me By Email
By telephone (514) 989-2350



Angélique 1734  
Qui ? Who?
Livres
2002
2004
Presse
 
Installation

The Slave Trade  
La traite des esclaves
Slavery in 2003
L'esclavage en 2003